Echangeur autoroutier, c'est voté !

 

Le 24 novembre dernier, Pierre JOUVET, Président de Porte de DrômArdèche a réuni un conseil communautaire exceptionnel sur le choix de la localisation d'échangeur autoroutier en Porte de DrômArdèche. A l’unanimité des suffrages exprimés, le choix de la localisation sur deux sites : Saint-Rambert d’Albon et Saint-Barthélémy de Vals a été voté. Un moment historique pour ce projet attendu depuis 40 ans par les habitants du territoire.

 


Un projet essentiel pour l’attractivité de Porte de DrômArdèche

Ce projet est facteur décisif du développement économique et touristique de Porte de DrômArdèche, pour l'attractivité, l'emploi et la vie quotidienne des habitants.

 

De sa relance en 2015 au rendu de l’étude de faisabilité et d'opportunité de VINCI, en passant par son inscription par le Ministre des transports dans les trente projets prioritaires du Plan de relance Autoroutier annoncé par le Gouvernement, toutes les avancées de ce dossier ont été rendues publiques à chaque étape d'un projet qui apparait comme le plus important chantier de notre territoire.

 

La réunion de toutes les énergies a été essentielle pour convaincre le Ministre des Transports et les plus hautes autorités de l’Etat du bien fondé de cette action. Le rassemblement de tous : acteurs économiques, élus, financeurs (Etat, Conseil départemental de la Drôme, Région), a été la clé pour faire aboutir ce projet.

 


Saint-Barthélémy-de-Vals et Saint-Rambert sud, des implantations pour les 2 demi-échangeurs qui font consensus

 

Mi-novembre, Vinci autoroutes a présenté aux élus de la Communauté de communes Porte de DrômArdèche le rendu final de l'étude d’opportunité et de faisabilité pour la construction d’un échangeur autoroutier sur notre territoire, avec 3 scenario techniquement faisable. Cette étude a duré 6 mois et a permis de classer chaque option en fonction de données objectives (desserte, attractivité, coût, nombre d'usagers, développement économique et touristique...). Il est apparu qu’un seul scénario était favorable à l’ensemble de notre territoire.

 

Il prévoit que les deux demi-échangeurs soient implantés sur Saint-Barthélémy-de-Vals et sur la zone d’activité PANDA (St-Rambert-d’Albon sud). Il a un coût de 25,8M€, comparable à un échangeur complet. Il serait utilisé par 11 600 véhicules par jour dont 7 300 en direction du nord et 4 300 en direction du sud. Il dessert tout le territoire de Porte de DrômArdèche (Valloire et Galaure), Annonay, Beaurepaire, l’Herbasse et Romans ce qui renforcera l’attractivité de ces secteurs. Sa spécificité est de permettre une connexion directe et rapide entre la Valloire et la Galaure. Selon VINCI, ce projet réduira fortement le trafic sur la RN7.

 


 

 

Concrètement, les véhicules peuvent entrer au nord de Porte de DrômArdèche et sortir au sud de Porte de DrômArdèche. Inversement, ils peuvent entrer au sud de Porte de DrômArdèche et sortir au Nord de Porte de DrômArdèche


Un projet voté à l’unanimité début décembre en Conseil communautaire


Lors d’un Conseil communautaire exceptionnel, les élus ont voté à l’unanimité des suffrages exprimés, le lieu d’implantation des deux demi-échangeurs à Saint-Barthélémy de Vals et Saint-Rambert d’Albon.


Pierre JOUVET conclut « Cette implantation sur deux sites répond le mieux à notre enjeu de développement. Cela permettra de désenclaver la Vallée de la Galaure, de préserver nos villages, de réduire le trafic. C’est toute l’attractivité de Porte de DrômArdèche qui sera impactée, économiquement et touristiquement. Un échangeur: c’est un investissement sur du long terme, pour l’emploi, pour le quotidien des habitants. Ce vote pour la création de cet échangeur marque le début d’un changement sur notre territoire. Nous n’en mesurons pas encore tous les effets bénéfiques, c’est un moment historique.»

Le 5 décembre, le Département de la Drôme a voté le financement. Porte de DrômArdèche s'est engagé pour sa part le 15 décembre et l’État dans le cadre du contrat avec Vinci sera le principal financeur. Le dossier complet (lieu et participation financière) sera adressé au Ministre des Transports avant la fin de l'année.

 

Pour tout comprendre :

 


Ces deux demi-échangeurs autoroutiers devraient sortir de terre à l’horizon 2021/2022.

  • export_twitter
  • export_viadeo